Actualités

11.03.2022 #architecture #biennale

Tina Gillen représen­tera le Grand-Duché de Luxembourg à la 59e Exposition inter­na­tionale d’art – La Biennale di Venezia.

“Shelter”, 2018, Acrylic on paper 20.7 x 29.5 cm © Photo Tina Gillen and Paul Caeser

Avec Faraway So Close, Tina Gillen représen­tera le Grand-Duché de Luxembourg à la 59e Exposition inter­na­tionale d’art – La Biennale di Venezia. L’exposition a don­né lieu à la réal­i­sa­tion d’un ensem­ble de nou­velles pein­tures de grandes dimen­sions et pren­dra la forme d’une instal­la­tion pic­turale déployée dans le Pavillon du Luxembourg, au sein des espaces his­toriques des Sale d’Armi, à l’Arsenale. Elle s’intéresse aux liens qui se tis­sent entre l’espace intérieur et le monde extérieur.

Ancrée dans le champ de la pein­ture, la pra­tique artis­tique de Tina Gillen (1972, Luxembourg) exam­ine les rela­tions que nous entretenons avec le monde qui nous entoure, à tra­vers notam­ment les thèmes du paysage et de l’habitation. Ses œuvres ont sou­vent pour point de départ des motifs issus d’images pho­tographiques qu’elle mod­i­fie, sim­pli­fie, « traduit » pic­turale­ment, asso­cie à d’autres élé­ments, afin d’aboutir à des com­po­si­tions qui entre­ti­en­nent à des­sein une cer­taine ambiguïté, entre abstrac­tion et fig­u­ra­tion, con­struc­tion et impro­vi­sa­tion, sur­face de la toile et tra­duc­tion de l’espace.

Faraway So Close est une ambitieuse instal­la­tion pic­turale créée spé­ci­fique­ment pour le pavil­lon lux­em­bour­geois. Conçu en réponse au site des Sale d’Armi à leur usage passé en tant que lieu de stock­age mil­i­taire, elle rassem­ble des toiles de grandes dimen­sions mis­es en espace au sein d’une scéno­gra­phie inspirée des décors de ciné­ma peints, « comme si les pein­tures n’étaient là que de manière tem­po­raire, en attente d’être à nou­veau déplacées, réagencées ».

L’exposition s’inscrit dans la con­ti­nu­ité de recherch­es pic­turales récentes de Tina Gillen autour de phénomènes naturels qui échap­pent au con­trôle de l’être humain, comme les événe­ments météorologiques, l’élévation du niveau des mers ou l’activité vol­canique. Ensemble, les pein­tures évo­quent à la fois les qua­tre élé­ments qui ont été tra­di­tion­nelle­ment asso­ciés à la com­po­si­tion de l’univers – la terre, l’eau, le feu et l’air – et les « paysages incer­tains » (Marielle Macé) mar­qués par les boule­verse­ments cli­ma­tiques et envi­ron­nemen­taux provo­qués par l’activité humaine.

Au cœur de l’installation, se situe un élé­ment sculp­tur­al, titré Rifugio (2022), dont la forme a été inspirée par un bun­ga­low de bord de mer que l’artiste a observé sur la Côte d’Opale, au nord de la France, et a dépeint dans une précé­dente œuvre sur papi­er. Transposée dans l’espace d’exposition, en rela­tion avec les pein­tures, cette forme con­stitue pour l’artiste un espace poly­sémique, à la fois lieu de retrait et ouvert sur le monde, refuge et espace tra­ver­sé par une mul­ti­tude d’informations. Faraway So Close par­le de la com­plex­ité des rela­tions qui se tis­sent entre nos espaces intérieurs et le monde extérieur, entre le proche et le lointain.

A découvrir du 23.04 au 27.11.2022
Arsenale, Sale d’Armi, Venise (Italie)

Commanditaire : ministère de la Culture, Luxembourg
Organisateur : Mudam Luxembourg – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean
Avec le soutien de : Let’s make it happen & Kultur | lx – Arts Council Luxembourg
Commissaire : Christophe Gallois, assisté par Ilaria Fagone
Scénographie : Tina Gillen en collaboration avec Polaris Architects